7 ans ! Mai’li Mai’lo a 7 ans !

 

Cirkatomik – Quincaillerie Parpassantton

C’est l’âge de raison, du raisonnement, de la prise de conscience de soi et du monde, disait-on à l’école d’autrefois.

Et les psychologues d’aujourd’hui parlent, eux, du début de l’individualité,  du début de la reconnaissance et de l’estime de soi.

C’est parfait tout ça, toutes ces notions, pour parler de Mai’li Mai’lo, de la septième édition.

If Human – Danse en rêve

Mai’li Mai’lo a, au fil des ans, trouvé ses marques, installé sa marque, son originalité.

Mai’li Mai’lo a pris ses aises au Fourneau Saint-Michel.

Le festival a su profiter au maximum du cadre enchanteur, du décor idéal du Fourneau pour se mettre en scène, valoriser son offre riche, diverse, chatoyante de spectacles de plein air ; et, par le fait, il donne à voir le musée sous un jour – non, sous deux jours – exceptionnels.

Deux jours où c’est fête au village. C’est fête à tous les étages : en bas, en haut, au milieu…

Ça déborde de réjouissances !

Pete Sweet – Meet Pete Sweet

Il y en aura partout : au-dedans des maisons, au-dehors… Sur l’herbe qui se prête si bien aux jeux de toute sorte : jeux de scène, jeux de cirque… Sur les chemins pour tout ce qui se fait en déambulation.

Mai’li Mail’lo, c’est une fête pour les yeux, une fête pour les oreilles, une fête pour le machin qu’on a entre les deux : le cerveau…

Parce qu’à Mai’li Mai’lo, on s’offre aussi le luxe de la réflexion, on aborde des sujets délicats, sensibles…

C’est bien la preuve qu’on est raisonnable.

Et j’y reviens, à nos 7 ans, à notre âge de raison, pour insister sur la reconnaissance du festival.

Reconnaissance du public toujours plus nombreux, reconnaissance médiatique et reconnaissance des acteurs de la vie culturelle.

Strong Lady Productions – Leap

Ils ont, là, une vitrine, un tremplin pour exercer leur art ; faire montre de leur talent.

Mai’li Mai’lo est désormais un festival qui compte ; qui a sa place, sa spécificité, son utilité…

Mai’li Mai’lo est – on peut bien le dire à l’occasion de son septième anniversaire, de son atteinte de l’âge de raison – entré dans la cour des grands.

Et je veux profiter de l’occasion pour féliciter et remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui sont à la base, à l’origine de cette invention, de cette folle entreprise, de cette belle réalisation.

Toutes celles et tous ceux qui sont à la manœuvre pour faire voguer, deux jours durant, ce bateau ivre, ce bateau fou.

Le temps leur a donné raison de faire ce pari… déraisonnable.

Patrick ADAM
Président du Collège provincial
Député provincial en charge de la Culture

©patrick adam - tous droits réservés