DU ROMAN À L’ÉCRAN – DU 29 JANVIER AU 12 FÉVRIER 2017

QUAND LA LITTÉRATURE REDEVIENT UN SPECTACLE…

Quand le cinéma est né, il était muet. Sans parole. Rien que des images et du mouvement !

Du coup, les comédiens recouraient à la pantomime pour expliquer les intentions de l’auteur-réalisateur, pour faire passer son propos. Pour traduire aussi et surtout les sentiments, les émotions des personnages.
Les acteurs devaient mettre le paquet, question gesticulations et mimiques. Ils devaient aller dans le burlesque, pousser leur jeu parfois jusqu’au grotesque…

Mais très vite on a pensé au fameux carton; à ces bouts de textes intercalés entre les images. Qui venaient confirmer ce qui était montré, ce qui était dit – sans rien faire entendre – à l’écran.

Très vite, le cinéma a cherché à renouer avec le texte ; à s’associer à lui.
Comme il a très tôt pris ses idées, sa matière, dans la littérature.
Les romans principalement. Mais aussi le théâtre.

L’homme a un irrépressible besoin de se raconter ; d’épiloguer sur ce qu’il fait là, sur terre. Il n’arrête pas de s’exprimer là-dessus. Par tous les moyens.

Et c’est ce qui fait sa force, son charme, sa qualité d’homme. On l’aime bien pour ça.

Pour s’adonner à son penchant, à sa passion, à son goût de la fiction, la narration, l’invention qui cherche à dire la vérité, il a imaginé des formes diverses, toutes sortes de moyens d’expression.

La littérature entre autres, puis le cinéma…

DU ROMAN À L'ÉCRAN RASSEMBLE LE RÉSEAU DES BIBLIOTHÈQUES DE LA PROVINCE ET CELUI DES EXPLOITANTS DE SALLES DE CINÉMA, AVEC AUSSI QUELQUES CENTRES CULTURELS, ET LA LUDOTHÈQUE…DU ROMAN A L'ECRAN CÉLÈBRE PENDANT PRÈS DE QUINZE JOURS, LES NOCES DE LA LITTÉRATURE ET DU CINÉMA. 

Des noces auxquelles tout le monde est convié… Et ça, cet aspect collectif, c’est un plus du cinéma. C’est, en tout cas, sa différence avec le livre.

Si la lecture d’un roman se pratique en solitaire, si elle est de l’ordre de l’intime, du chacun-pour-soi, il en va tout autrement du cinéma… On est plusieurs, on se rassemble, on fait chorus pour regarder un film.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors faisons du mot de la fin un mot d’ordre pour tous…
Allons tous au cinéma !
Fissa !

DEMANDEZ (téléchargez) LE PROGRAMME!!! VOTRE PROGRAMME 2017

Patrick ADAM
Président du Collège provincial
Député provincial en charge de la Culture

Jeux et Dyscalculie

ob_2f41e1_dyscalculie-sommaireFaisant suite à notre collaboration de l’année dernière avec la Haute Ecole Robert Schumann, le projet cette fois concerne les difficultés en mathématique: la dyscalculie!

Après que nous nous soyons intéressés à la dyslexie, nous nous sommes tournés cette fois vers les difficultés de maîtrise des mathématiques. Et pourtant nous en avons bien besoin tout au long de notre journée, quel que soit notre âge ou notre fonction.

Les mathématiques sont partout. Au lever nous nous tournons vers notre réveil, nous prenons de la monnaie pour acheter le journal, le pain…nous consultons notre montre…que ce soit pour gérer le budget d’un service, du ménage, il est vraiment important que la notion de chiffres, nombres, opérations soient claires et fonctionnelles au plus tôt.

Nous avons tous un rôle important à jouer: que nous soyons parent ou éducateur, tous les moyens sont intéressants pour favoriser la compréhension des chiffres.

Et pourquoi ne pas se tourner vers des jeux pour appréhender ces difficultés de façon plus ludique ?

La ludothèque centrale de la Province de Luxembourg possède une collection de jouets et de jeux de société très riche. Et au-delà de se faire connaître par un catalogue en ligne, la ludothèque provinciale multiplie les collaborations avec des organismes socio-culturels ou de l’éducation.

Neuf élèves en dernière année de logopédie ont, dans cet esprit, mené à bien un projet, sous le regard attentif de Mme MARMIGNON, professeur à la Haute Ecole Robert Schumann. Il s’agissait de distinguer les meilleurs jeux susceptibles de contribuer à sortir des problèmes de dyscalculie.

Trois carnets à destination des parents d’enfants souffrant de dyscalculie. Ces outils sont à la fois explicatifs et ludiques. L’un des fascicules propose en effet des jeux permettant de stimuler l’enfant. 

2016 Carnet de jeux 

2016 Carnet du quotidien - Math et math hic 

2016 Carnet-théorie

Tout un travail entre les représentants de la Ludothèque provinciale et ces futurs professionnels du langage !

Après le projet DYSLEXIE de 2015, cette deuxième concrétisation donne une occasion supplémentaire à l’équipe de la Ludothèque provinciale d’attirer l’attention du public sur la qualité des jeux  dits « pédagogiques » rassemblés au sein de ses collections.

Patrick ADAM
Président du Collège provincial
Député provincial en charge de la Culture

7 ans ! Mai’li Mai’lo a 7 ans !

 

Cirkatomik – Quincaillerie Parpassantton

C’est l’âge de raison, du raisonnement, de la prise de conscience de soi et du monde, disait-on à l’école d’autrefois.

Et les psychologues d’aujourd’hui parlent, eux, du début de l’individualité,  du début de la reconnaissance et de l’estime de soi.

C’est parfait tout ça, toutes ces notions, pour parler de Mai’li Mai’lo, de la septième édition.

If Human – Danse en rêve

Mai’li Mai’lo a, au fil des ans, trouvé ses marques, installé sa marque, son originalité.

Mai’li Mai’lo a pris ses aises au Fourneau Saint-Michel.

Le festival a su profiter au maximum du cadre enchanteur, du décor idéal du Fourneau pour se mettre en scène, valoriser son offre riche, diverse, chatoyante de spectacles de plein air ; et, par le fait, il donne à voir le musée sous un jour – non, sous deux jours – exceptionnels.

Deux jours où c’est fête au village. C’est fête à tous les étages : en bas, en haut, au milieu…

Ça déborde de réjouissances !

Pete Sweet – Meet Pete Sweet

Il y en aura partout : au-dedans des maisons, au-dehors… Sur l’herbe qui se prête si bien aux jeux de toute sorte : jeux de scène, jeux de cirque… Sur les chemins pour tout ce qui se fait en déambulation.

Mai’li Mail’lo, c’est une fête pour les yeux, une fête pour les oreilles, une fête pour le machin qu’on a entre les deux : le cerveau…

Parce qu’à Mai’li Mai’lo, on s’offre aussi le luxe de la réflexion, on aborde des sujets délicats, sensibles…

C’est bien la preuve qu’on est raisonnable.

Et j’y reviens, à nos 7 ans, à notre âge de raison, pour insister sur la reconnaissance du festival.

Reconnaissance du public toujours plus nombreux, reconnaissance médiatique et reconnaissance des acteurs de la vie culturelle.

Strong Lady Productions – Leap

Ils ont, là, une vitrine, un tremplin pour exercer leur art ; faire montre de leur talent.

Mai’li Mai’lo est désormais un festival qui compte ; qui a sa place, sa spécificité, son utilité…

Mai’li Mai’lo est – on peut bien le dire à l’occasion de son septième anniversaire, de son atteinte de l’âge de raison – entré dans la cour des grands.

Et je veux profiter de l’occasion pour féliciter et remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui sont à la base, à l’origine de cette invention, de cette folle entreprise, de cette belle réalisation.

Toutes celles et tous ceux qui sont à la manœuvre pour faire voguer, deux jours durant, ce bateau ivre, ce bateau fou.

Le temps leur a donné raison de faire ce pari… déraisonnable.

Patrick ADAM
Président du Collège provincial
Député provincial en charge de la Culture

©patrick adam - tous droits réservés

 

Livre et Création – Edition 2015

DSCF1742

ALORS, RACONTE !….

Quand quelqu’un parmi nos proches a fait un beau voyage, un beau et long voyage – comme Ulysse, l’heureux Ulysse –, ce quelqu’un, ce proche, on le presse à son retour de questions, on veut savoir comment ça s’est passé… On veut connaître des détails, des anecdotes… On lui demande de nous raconter son aventure.

Et ce moment est un plaisir… Plaisir pour le raconteur, plaisir pour l’écouteur… C’est un plaisir partagé. Plaisir qui prolonge, amplifie et valorise le voyage.

Poursuivre la lecture « Livre et Création – Edition 2015 »