PRIX HORIZON 2018

L’HORIZON À TOUT PRIX !

Il faut se rendre à l’évidence – et la journée d’aujourd’hui qui clôt ou plutôt qui couronne, qui somme cette grande manifestation en faveur du livre, de la lecture, cette journée exceptionnelle l’atteste –, le prix Horizon est décidément une belle invention et une belle réussite.

La ville de Marche, avec Armel Job, avec tous ses partenaires, ont eu là une riche idée.

Il fallait le faire et ils l’ont fait,  ce prix valorisant la création romanesque en même temps que ce colloque si singulier qu’est l’acte de lire.

Il fallait le faire et ils l’ont fait, cet événement qui permet la rencontre des romanciers avec leurs corollaires, leurs auxiliaires indispensables : les lecteurs. 49 comités lors de la première édition en 2012 pour arriver à plus de 200 comités en 2018  qui regroupent 2000 lecteurs de toute la Wallonie mais aussi de la Région Grand Est! Ils nous ont rejoints aujourd’hui à Marche pour plébisciter leur coup de cœur.

Mais on peut aussi présenter la chose dans l’autre sens : la rencontre des lecteurs et leurs auxiliaires indispensables, les auteurs.

Et cet événement de grande ampleur et de longues haleine et beaucoup de patience (on ne voit aujourd’hui que le sommet, l’aboutissement, mais c’est à chaque édition deux ans de travail, de mobilisation), les organisateurs ont choisi de l’appeler d’un beau nom : Horizon. Un nom on ne peut plus juste surtout, compte tenu de ce qu’il est, cet événement. De ce qu’il fait d’utile, ce qu’il produit individuellement, chez tout un chacun, et collectivement, pour tout le monde à la fois.

L’écrivain philosophe étasunien, Ralph Waldo Emerson, dit ceci à propos de l’horizon et de nous, les hommes et les femmes, les humains :

« La santé de notre œil semble exiger un horizon. Nous ne le fatiguons jamais tant que nous pouvons voir loin. »

Nous avons besoin de distance, d’inconnu, d’inouï, d’altérité, d’étrangeté…

Si nous voulons rester en forme, garder bon pied bon œil,  nous avons besoin de nous confronter à d’autres mondes, d’autres temps, d’autres vies que les nôtres.

La littérature, le roman, le prix Horizon, nous donnent la possibilité d’agrandir nos vies, de les ouvrir plus largement, de prendre la mesure de la grande diversité des expériences humaines, de l’infinie variété des expériences vécues.

Avec le prix Horizon, en plus, on peut même rencontrer les créateurs, les démiurges de ces mondes mi-réels, mi-imaginaires : les auteurs.

Le prix Horizon est – c’est une évidence – d’utilité publique. Bon pour la santé.

Celle de nos yeux et celle de nos démocraties.

L’horizon enfin, c’est à la fois une illusion et une réalité.

C’est quelque chose qui s’élargit au fur et à mesure que le regardeur s’élève, grandit.

Quelque chose d’inépuisable. Quelque chose qui se transforme, qui se renouvelle, qui recommence au fur et à mesure qu’on avance.

Je souhaite – souhaitons ! – au prix Horizon un bel avenir tout en restant fidèle à son nom.

Les écrivains-romanciers nominés
Agnès MATHIEU-DAUDE
Julien DELMAIRE
Julia KERNINON
Sean ROSE
Vincent MESSAGE
Samira SEDIRA
Le prix Horizon 2018 est remis à
Vincent MESSAGE
Prix du 2e Roman 2018 de Marche-en-Famenne
avec Défaite des maîtres et possesseurs.