SORTIE DU LIVRE MADELEINE OZERAY

Remontons quelque peu le temps, il y a 87 ans exactement.
le 17 avril à Bruxelles 1931.

Nous sommes alors au théâtre du Parc pour les ultimes répétitions du Mal de la jeunesse de Ferdinand Bruckner, pièce jouée par la compagnie du Théâtre du Marais dirigée par Raymond Rouleau. Parmi les comédiens sur scène figure Madeleine Ozeray :  jolie comédienne bouillonnaise de 23 ans fraichement diplômée du Conservatoire d’art dramatique dont elle sort avec un premier prix de comédie. Le succès est au rendez-vous, la pièce remporte un triomphe à Bruxelles puis à Paris, où la jeune comédienne s’installe définitivement. Cette pièce clef est aussi pour Madeleine l’occasion d’une rencontre qui va bouleverser sa vie : la rencontre avec le comédien Louis Jouvet avec lequel elle ne tarde pas à entretenir une liaison sentimentale aussi passionnée que mouvementée. La carrière de Madeleine Ozeray est lancée et en 1932 elle fait ses débuts au cinéma. Adulée à Paris, Jean Giraudoux écrit pour elle la plupart de ses pièces. Louis Jouvet en fait la reine de son théâtre et les plus grands metteurs en scène lui ont réservé une place dans leurs œuvres. Elle connaît un parcours extraordinaire et toujours elle revient se ressourcer à Bouillon, là où elle a ses racines, là où enfant, elle a fait ses premiers pas sur scène dans le grenier familial.

Après Ermensinde puis Théroigne de Méricourt, la Province de Luxembourg a souhaité mettre à l’honneur cette figure féminine dont le destin a participé à la renommée de notre territoire. Madeleine Ozeray, cette belle bouillonnaise qui se hissa au range de vedette de théâtre et de cinéma durant l’entre-deux-guerres. Et à l’œuvre nous retrouvons le duo composé pour le texte de Jacques Herbet et pour le dessin de Palix.

Pour ce faire, nous proposons l’adaptation de l’ouvrage de référence :  Madeleine Ozeray, Ondine de la Semois. Cette biographie écrite par Dominique Zachary et publiée en 2008 aux Editions Racine à l’occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Madeleine Ozeray. Merci aux Editions Racine de nous avoir accordé les droits d’adaptation et un merci tout particulier à Dominique Zachary qui nous a accompagné tout au long de la construction de ce projet. Merci pour son regard critique et constructif, pour ses conseils avisés et ses précieuses ressources documentaires. Merci aussi au Musée Ducal qui a fourni à Palix différentes ressources iconographiques.

Proposant une évocation du parcours de Madeleine Ozeray au fil des 4 saisons, Jacques Herbet a retiré du texte initial les moments phares de la vie de Madeleine. Du côté du dessin, évoquer une figure contemporaine imposait à Palix de relever un nouveau défi : s’approprier de nombreuses ressources photographiques, les décliner et les adapter en dessin, passer du noir et blanc à la couleur et surtout, par le trait, rester fidèle et redonner vie à Madeleine Ozeray et Louis Jouvet. Mission réussie avec brio.

Publié aux Editions Weyrich, L’ombre de Louis Jouvet va permettre à beaucoup de découvrir ou redécouvrir la vie et le parcours extraordinaire de Madeleine Ozeray dont la destinée est étroitement liée à la figure de Louis Jouvet. Et cette publication n’est qu’une première étape car le Centre culturel de Bouillon et l’Académie de Musique vont aussi s’emparer du sujet pour aborder cette destinée et ce parcours théâtral et cinématographique sous d’autres angles… à découvrir d’ici peu.