SUBSIDES CULTURELS À PLAT

LE TERRITOIRE LUXEMBOURGEOIS FAIT-IL TOUJOURS PARTIE DE LA FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES ?

0,87 % des subsides !
12 opérateurs sur les 236 reconnus !
812.000 € sur 93.000.000 € !

Voici la maigre part réservée à notre province par la FWB pour les Arts de la scène !

Ce n’est pas le président du Collège provincial qui vient vous parler aujourd’hui, ni même le Député provincial aux affaires culturelles, mais, une fois de plus, le citoyen révolté et engagé dans un combat d’équité.

Je tiens à vous faire part de mon désarroi quant aux récentes décisions de la Ministre Gréoli et de la répartition des 93.000.000 d’euros affectés aux contrats-programmes.

Le 29 septembre, sur son compte twitter dans un effet d’annonce digne des plus grands maîtres du suspens, Madame Gréoli annonçait une augmentation de la dotation liée à l’application des contrats-programmes de 10.000.000 d’euros. Le suspense tenait dans le mode de répartition : Qui allait profiter de cette manne providentielle, et surtout, de quelle manière ?

 Je dois bien vous avouer que je rêvais, naïvement, d’un rééquilibrage au bénéfice de notre province et de ses associations. Province dont on sait, qu’elle ne bénéficie pas spécialement  « d’un régime de faveur » auprès du pouvoir subsidiant, tant les montants, par habitant, dédiés à la culture sont ridicules au regard des autres provinces.

Vœux pieux, balayé d’un revers de communiqué de presse par Madame Gréoli.

À la lecture de l’annonce de Madame Gréoli, et en fonction des éléments qui m’ont été donnés, j’ai le sentiment que l’ostracisation culturelle de la province de Luxembourg, se poursuit inexorablement.

Sur les 93.000.000 d’euros de la ministre, un peu plus de 800.000 finissent dans les associations luxembourgeoises… moins de 1%.

Le 26 septembre dernier, pour la remise des prix de la critique au théâtre de Namur, Madame Gréoli osait prétendre quelle « axerait sa volonté politique sur le fait que tout le monde se sente en droit à la culture »….

Est-ce là la manière dont Madame la Ministre tient tant à lutter contre les inégalités d’accès à la culture pour tous ?

Est-ce que pour Madame la Ministre les habitants de la province de Luxembourg ont moins de droits que les autres  ?

Je ne suis pas jaloux de ce qui se passe dans les autres provinces, je suis simplement révolté et outré de comprendre que, pour Madame Gréoli, un habitant n’est pas égal à un autre suivant le bassin de vie duquel il est originaire.

Quand sur la seule enveloppe des contrats-programmes, les luxembourgeois reçoivent 1% de l’enveloppe (arrondissons ne soyons pas pingres !), cela signifie que le reste de la Fédération Wallonie-Bruxelles en reçoit  99 fois plus… tant mieux pour eux, ils payent sans doute 99 fois plus d’impôts.

Avec un pareil différentiel, comment Madame la Ministre peut-elle défendre que les luxembourgeois  « peuvent se sentir en droit à la culture », au même titre que n’importe quel habitant de la Fédération ?

Certains auront beau jeu de dire que la part luxembourgeoise de l’enveloppe passe de 544.000 euros  à 812.000 euros.

Parfait, mais ne dansons pas autour de l’arbre qui cache la forêt.

L’augmentation, à mon sens, n’est guère plus qu’un rattrapage d’indexations gelées depuis tant d’années. Mis à part les deux exceptions que sont le « Miroir Vagabond » et « Losange ».

Dois-je vous rappeler que le Miroir Vagabond a perdu son « contrat de pays » et les 100.000 euros y afférents ?

 Et que Losange a perdu sa dotation de « Maison de Jeunes » pour devenir un organisme de promotion des « musiques non classiques » ?

Autre source d’inquiétudes pour le provincialiste que je suis, les très fortes subsidiassions d’organismes émergeants en contes et en arts de la rue, là où la province faisait figure de pionnière, et où, par contre, l’augmentation de subsides tant pour Chassepierre que pour Chiny fait plutôt figure de rattrapage d’index.

Enfin, et j’en terminerai là, où en est le devenir du dossier « Centre dramatique », ou « Centre de création », en province de Luxembourg, appelé de nos vœux auprès de la Ministre ?

Personne n’en sait rien sauf que, et ça c’est une certitude, pour les 5 années avenir, il ne sera pas subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le cadre d’un contrat-programme…

Remettant ici ma casquette d’élu provincial, je tiens surtout à vous dire qu’aujourd’hui, plus que jamais, la Province sera à côté des associations de promotions culturelles luxembourgeoises, et que plus que jamais elle consolidera ce lien fort avec les acteurs de terrain. Mais soyez aussi assurés que je m’engage à faire entendre au pouvoir subsidiant que nous, Luxembourgeois, exigeons de profiter des deniers de la Fédération Wallonie-Bruxelles au même titre que tous les autres habitants de cette Fédération.