L’APPRENTISSAGE PAR LE JEUX

A LA RENCONTRE D’UNE NOUVELLE LANGUE
UNE PASSERELLE ENTRE LES CULTURES

Faisant suite à notre collaboration des deux années précédentes avec la Haute Ecole Robert Schumann et près nous être intéressés à la dyslexie puis à la dyscalculie, une nouvelle action voit le jour : « Quelques clés pour s’ouvrir à une nouvelle langue »….Ou l’apprentissage de la langue française à l’aide de jeux !

L’illettrisme concerne 1 personne sur 10 en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce qui fait environ 300.000 personnes.

Et la situation est alarmante puis ces chiffres ne bougent pas d’une année sur l’autre…

Les dernières statistiques Pisa dévoilaient que 28 % des jeunes de 15 ans ne comprenaient pas ce qu’ils lisaient…

Il est vraiment important, pour toutes ces personnes en difficulté avec leur langue maternelle, qu’ils puissent continuer à évoluer et combler leurs lacunes.

En province de Luxembourg, le secteur de l’alphabétisation est représenté par Lire et Écrire Luxembourg, mais également par le Miroir Vagabond et le Centre Alpha.  Depuis de nombreuses années, les initiatives se multiplient pour intéresser ce public à l’apprentissage du français.

Et pourquoi pas une méthode ludique ?

La ludothèque centrale de la Province de Luxembourg possède une collection de jouets et de jeux de société que beaucoup de provinces nous envient.  Notre mission, conformément aux dispositions décrétales, est de valoriser au mieux nos collections et de jouer un rôle dans le développement de la lecture.  Et au-delà de nous faire connaître par un catalogue en ligne. La ludothèque provinciale multiplie les collaborations avec des organismes socio-culturels ou éducationnels afin d’assurer son rayonnement au sein de la province.

Six élèves en dernière année de logopédie ont, dans cet esprit, mené à bien le présent projet, sous le regard attentif de Mme MARMIGNON, professeur à la Haute Ecole Robert Schumann.  Il s’agissait de distinguer les  meilleurs jeux susceptibles de contribuer à l’apprentissage et à la maîtrise du français!  Un travail de longue haleine suggéré par  les représentants de la Ludothèque provinciale.  La vision de futurs professionnels du langage  était importante pour éclairer les atouts de ces jeux spécifiques !

—-> TROIS CARNETS

Le premier carnet reprend des situations de la vie quotidienne, des termes spécifiques utilisés, des dialogues courants chez le médecin, au supermarché, à l’école… Le deuxième document  donne des clés d’ouverture, d’intérêt vers une nouvelle langue.   Enfin le troisième permet, quant à lui,  de valoriser les jeux choisis, en vue d’aider à l’apprentissage du français.

Ces ouvrages, destinés à un large public sensibilisé, rassemblent des informations de base importantes.

Après le projet DYSLEXIE de 2015, DYSCALCULIE de 2016,  cette troisième concrétisation donne une occasion supplémentaire à l’équipe de la Ludothèque provinciale d’attirer l’attention du public sur la qualité des jeux  dits « pédagogiques » rassemblés au sein de ses collections.

CARNET 1CARNET 2 ♦  CARNET 3

LE JEU, C’EST SÉRIEUX
LE JEU, C’EST UN PLAISIR, C’EST DU FRISSON, C’EST DE LA JOIE.
C’EST TOUT À LA FOIS.
C’EST LE PLAISIR D’ÊTRE ENSEMBLE, ET LE FRISSON ET LA JOIE DE PERDRE OU DE GAGNER.
MAIS, AU BOUT DU COMPTE, TOUT LE MONDE Y GAGNE, À JOUER…
LE JEU, C’EST TOUJOURS UN CONTRAT GAGNANT-GAGNANT.
JOUER EST UTILE. C’EST MÊME NÉCESSAIRE.
JOUER, C’EST CRÉER, C’EST FAIRE.
JOUER, C’EST FAIRE SOCIÉTÉ.