Des mots et des dicos…

Pleins feux sur les dictionnaires…

Depuis quelques mois, depuis presque un an même, la Bibliothèque itinérante provinciale parle beaucoup du dictionnaire ; et elle fait en sorte qu’on en parle.Pourquoi donc ? Pourquoi, à l’heure d’internet, à l’ère des smartphones, parler encore de cette vieille branche qu’est le dictionnaire ?

Parce que cette vieille branche a compté – et compte encore – dans l’arbre de la connaissance.
Parce que le dictionnaire a été un vecteur essentiel de la circulation, de la démocratisation des savoirs.

Le 19e siècle en est la belle démonstration avec ces deux grandes réalisations que sont le dictionnaire d’Émile Littré et celui de Pierre Larousse.

Des chefs-d’œuvre, des monuments, des trésors !
Et l’exposition , conçue par le professeur Michel Francard, est là pour nous le rappeler, nous le montrer.
Et l’exposition est là aussi pour nous montrer que les dictionnaires sont des concentrés de nous en tant que société ; des concentrés de nos vies, de nos mœurs, de notre civilisation.

Je voudrais vous raconter une anecdote à ce sujet, une anecdote mettant en scène Michel Tournier qui – vous l’avez appris comme moi – vient de mourir, et qui était entré de son vivant dans la catégorie prestigieuse des auteurs classiques, des auteurs qu’on étudie en classe… Michel Tournier était grand lecteur, grand vénérateur (le mot n’est pas dans tous les dictionnaires) et grand utilisateur de dictionnaires…

Et il aimait le répéter, le démontrer. Il disait, entre autres, ceci : « La moitié de ma bibliothèque, c’est des dictionnaires. »

Michel Tournier a fait de la radio à ses débuts. Il animait une émission d’entretiens.

Un jour, il reçoit le grand anthropologue et ethnologue Claude Levi-Strauss, qui avait été son professeur, qui a beaucoup compté dans sa formation philosophique.

L’un et l’autre parlent de la langue, de la société et du structuralisme, cette manière scientifique d’analyser les faits humains… Ils parlent du rapport langue-société…

Et Michel Tournier pose alors cette question à Claude Levi-Strauss : « À supposer que nous ne possédions plus d’une société disparue qu’un dictionnaire et une grammaire, que saurions-nous de cette société ? »
Et Claude Levi-Strauss a cette réponse magnifique et cependant on ne peut plus lapidaire… Il dit : « Tout ! »

Tout est dit de nous dans les dictionnaires. Les mots savent sur nous, savent de nous, des choses que nous ignorons. Ou que nous ne savons plus.

Les dictionnaires sont l’espace de parole des mots. Le lieu de leurs échanges, de leurs confrontations, de leurs disputes. Le lieu où ils se font écho, où ils révèlent leurs analogies. Et il est, en même temps, leur  lieu de mémoire.

Les dictionnaires sont le grenier des mots. Ou la cave, si vous préférez. Disons le conservatoire des mots.

Et merci au professeur Michel Francard d’avoir conçu cette proposition, cette exposition Des mots et des dicos mettant en évidence
richesse de nos mots ; et le lien qui nous unit à eux.
Une proposition qui montre à quel point les mots sont bavards, raconteurs d’histoires.
Merci à la Maison de la Culture d’Arlon de s’être joint à la Bibliothèque provinciale pour la réalisation de cette proposition, l’accueil de cette exposition. Les soutiens divers.
Merci aux jeunes et à leurs professeurs d’avoir répondu à notre appel à contributions concernant l’illustration d’expressions typiquement belges.
Michel Francard, qui a été à la manœuvre – et surtout le référent –  dans cette histoire, va nous en rappeler brièvement la genèse et nous faire le bilan de l’opération.
Merci enfin à l’Académie luxembourgeoise d’avoir apporté son concours, sa caution à l’entreprise.

Patrick ADAM
Président du Collège provincial
Député provincial en charge de la Culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.