Colloque « Woups…J’ai pas fait exprès ! »

img_3584.jpg

HERS – Virton – 09/10/15

Après un colloque sur les hauts potentiels, des actions autour de l’autisme et la surdité, les services provinciaux du DHAMO, et particulièrement le SAI Parcours Comm’Un, poursuivent leurs missions de formation et d’informations en se focalisant cette fois-ci sur une thématique qui touche un grand nombre de nos concitoyens : la dyspraxie.

Elle concernerait, en Belgique, de 5 à 7% des enfants en âge scolaire, et toucherait 3 fois plus les garçons que les filles. Ce qui représente, selon les derniers indicateurs de l’enseignement, un total d’environ 22.000 jeunes ; et potentiellement 1450 jeunes en Province de Luxembourg. Comment dès lors imaginer que cette problématique est « invisible » ? En effet, la dyspraxie est une anomalie de la planification et de l’automatisation des gestes volontaires qui se manifeste lorsque l’enfant réalise un mouvement. Par conséquent, cette difficulté est fréquemment surnommée le : « handicap invisible ». Ce jeune décrit comme « maladroit », « lent », « sans volonté », « brouillon » voire « gaffeur » ne le fait pas exprès !!! et quand il vous le dit ; ce n’est pas juste une expression de langage, mais le reflet de son fonctionnement et de sa réalité quotidienne. Ces jeunes n’ont aucune déficience mentale, aucun trouble psychiatrique ou neuro-moteur. Ils sont capables d’apprendre, mais nécessitent des moyens et des stratégies adaptés à leurs difficultés, tout en mobilisant leurs nombreuses ressources.

Il est important de rappeler que la dyspraxie n’est pas un trouble «évolutif», mais bien d’un handicap permanent, c’est-à-dire que celui-ci ne va pas forcément s’aggraver ; néanmoins il ne disparaîtra jamais ; et comme le formule le Dr Mazeau au terme de ces conférences : « il va falloir faire avec…. ». Le jeune va pouvoir progresser ; cependant l’écart de performances par rapport aux jeunes, dits « ordinaires » et du même âge, se marque et s’accroît en termes de production, d’exécution, de vitesse de réalisation. Il est donc indispensable de faire connaître cette problématique auprès des professionnels du secteur de l’enseignement, de l’éducation et plus largement du grand public. C’est un des objectifs de cette matinée que nous allons vivre ensemble.

Pour cela, nous aurons le plaisir d’écouter d’abord Madame Marie-Jeanne Petiniot, psychologue et responsable de l’Espace Pygmalion, professeur de psychopédagogie à la Haute Ecole Albert Jacquard Namur. Elle aura la lourde tâche d’introduire cette matinée d’échanges et de nous permettre de mieux cerner les contours théoriques de la dyspraxie, sans négliger le quotidien des personnes dyspraxiques.

Ensuite, vous participerez à deux ateliers en plus petits groupes. Nous avons voulu axer le contenu de ces ateliers sur les aspects concrets et pratiques qui mettront en avant des expériences innovantes réalisées en Province de Luxembourg, et en dehors de celle-ci, grâce à la collaboration de nos services avec différents partenaires.

L’école provinciale d’enseignement spécialisé de Ethe, en collaboration avec Mme Sophie Leclère de l’ASBL Cœur à Corps, animera deux ateliers autour de l’utilisation de tablettes et de PC portables au sein de l’établissement ; mais également dans le cadre des projets d’intégration qu’elle développe avec l’enseignement ordinaire. Merci au personnel et à la direction de nous faire part de leur expérience.

Un autre atelier fera état du travail réalisé par l’ASBL Le Ballon Vert en ce qui concerne l’apprentissage et la manipulation d’outils informatiques au bénéfice de jeunes dyspraxiques. L’ASBL basée à Etalle connait un véritable succès et recherche sans cesse des bénévoles aptes à pouvoir les rejoindre dans leur projets. Une antenne de cette ASBL est par ailleurs en projet dans la région de Bertrix. Nous remercions les responsables de l’ASBL d’avoir bien voulu prendre part à notre matinée.

Nous avons également voulu donner la parole aux « spécialistes de leurs enfants » que sont les parents. Par conséquent un atelier dédoublé sera consacré aux témoignages de 2 familles qui développeront de façon très concrète la vie quotidienne en famille de jeunes dyspraxiques, et surtout les ressources mobilisables pour faire face aux difficultés. Merci d’avance à ces personnes de bien vouloir nous faire partager leur parcours de vie avec leur enfant.

Un atelier tout à fait tangible, vous permettra de vous immerger dans la réalité des gestes qui nous paraissent anodins, voire « réflexes ». Le SAI Parcours Comm’Un vous convie à vivre « 1h15 dans le corps d’un dyspraxique » et je peux vous dire que les participants ressortiront avec un point de vue différent sur la réalité de ces personnes. Merci au personnel pour son investissement et ses recherches afin d’élaborer des situations de vie concrètes.

Line Vossius quant à elle, vous présentera les aménagements raisonnables possibles dans le contexte de la classe et en dehors de celle-ci. Psychologue clinique spécialisée dans les troubles de l’apprentissage et le handicap, elle tentera de faire la synthèse entre savoirs théoriques et moyens d’intervention concrets ; qu’elle en soit remerciée.

Enfin, cette matinée est inscrite dans le programme de la Haute Ecole Robert Schuman de Virton. Les étudiants de dernière année en section éducateur et instituteur y sont donc inscrits et sont présent en nombre ce matin. Je tiens à remercier la Direction de la Haute Ecole avec qui nous collaborons régulièrement dans chacune de nos actions. Ils ont bousculé leurs horaires et la planification de leurs salles pour pouvoir nous accueillir et collaborer activement avec nous pour l’organisation de cette journée.

Au terme de ces ateliers, nous nous retrouverons afin de pouvoir vous communiquer brièvement un écho de chacun des ateliers ; mais également pour formuler les conclusions de ce matin pour entrevoir les actions futures à mener ensemble.

Près de 350 personnes sont présentes ce matin, c’est dire si cette thématique intéresse un grand nombre de personnes. Merci à vous tous d’être présents ce matin, je vous souhaite d’ores et déjà une excellente matinée de travail et de réflexion.

Patrick ADAM

Président du Collège provincial

Député provincial en charge de l’Accompagnement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s